Les éléments indispensables pour une application mobile professionnelle réussie !

L’application mobile métier également appelée application mobile professionnelle est désormais présente au sein de nombreuses structures. Se lancer dans le développement d’un tel outil nécessite une réflexion importante en amont afin de proposer un outil pertinent aux collaborateurs. Vous devez proposer un support répondant aux besoins de votre public cible. Pour cela, il est nécessaire de prendre en compte quelques éléments clé.

Définir l’usage de l’application mobile professionnelle

L’application mobile métier peut s’adapter à tous secteurs d’activités. Outil commercial, outil aidant à l’industrialisation de tâches gourmandes en temps, support visant à améliorer le quotidien des collaborateurs, l’app mobile professionnelle doit être créée en répondant à un besoin précis. Pour cela, quoi de mieux que d’impliquer les principaux concernés, les utilisateurs finaux. 

Au même titre qu’une application destinée au grand public, le parcours et l’interface utilisateur de l’application métier doivent être pensés pour répondre aux besoins quotidiens des collaborateurs. Les intégrer dans le process de développement et connaître leurs contraintes, facilitera la création d’une application métier efficace. 

Prendre en compte leur niveau d’aisance sur ce genre de supports peut sembler être un détail, cependant, développer une application inutilisable pour la cible sera une perte de temps et d’argent. L’objectif est de mettre en place un outil adapté dans le but de faciliter le quotidien des collaborateurs. Si l’application est créée dans le but de répondre aux contraintes partagées par la cible et aisément utilisable par celle-ci, l’adhésion à ce nouvel outil se fera naturellement. 

À lire aussi : « Une application mobile métier, qu’est-ce que c’est ? »  

Choisir un support adéquat

En conservant l’idée de s’adapter aux besoins et aux contraintes de la cible, choisir un support sur lequel vos collaborateurs sont à l’aise est un point important pour les fidéliser. De plus, les collaborateurs ne sont généralement pas ouverts quant au fait d’apporter et d’utiliser leur propre device (téléphone, tablette etc.). Ce frein est notamment lié au respect des données privées. Envisager de fournir aux collaborateurs un support prévu à cet effet, sécurisé, est une option intéressante afin de ne pas instaurer un climat négatif. 

À lire aussi : « Comment concevoir une expérience utilisateur exceptionnelle pour mon application mobile ? »

Adapter l’application mobile au système d’information 

Proposer un nouvel outil, c’est bien, mais en proposer un qui s’adapte à son environnement, c’est mieux. L’application mobile professionnelle va devoir interagir avec le système d’information déjà en place dans l’entreprise. Les problématiques de sécurité entre les échanges d’informations doivent être traitées avec vigilance. 

De plus, l’application mobile professionnelle devra, en plus d’être adaptée au système d’information en place, être pensée de manière à pouvoir la faire évoluer indépendamment. 

Déterminer un budget

Le développement d’une application mobile a un coût. Celui-ci comprend la création du design de l’application, son développement, les tests et recettes associées, mais aussi la maintenance.

Avant de vous lancer dans ce projet, déterminez le budget que vous pouvez investir et assurez vous que celui-ci soit cohérent au regard des bénéfices attendus. 

À lire aussi : « Développer une application mobile, combien ça coute ? »

Accompagner les collaborateurs

Proposer un nouvel outil aux collaborateurs peut être déroutant pour certains. Mettre en place une communication, un accompagnement, une formation autour des changements à venir est une étape importante afin de rassurer les plus inquiets. 

Découvrez le projet de Solandy West, qui a développé une application mobile pour répondre aux besoins de leurs clients et partenaires ! À lire aussi : “Solandy West, leur expérience mobile !” 

Vous souhaitez développer une application mobile ? Contactez-nous !

Laura Tessier

Responsable Communication, a rédigé cet article.